La campagne sur le terrainFlux RSS

Identités et contre-vérités

Identités et contre-véritésNational

Principe de subsidiarité, respect des diversités culturelles... Pour les centristes, ce n'est qu'unie que l'Europe pourra préserver ses valeurs et sa souveraineté. 

12 mai 2014|12:44

L'IDENTITÉ FRANÇAISE est-elle soluble dans l'Europe ? C'est en tout cas ce que les populistes, dont le seul programme est de jouer sur les peurs, voudraient faire croire. La vérité est bien évidemment plus complexe. Pour les centristes, c'est en étant justement unie au sein d'une Europe forte que la France préservera ses spécificités, ses valeurs. Bref son identité qui fait qu'elle est toujours France et qu'elle le demeurera.

Aujourd'hui, à l'heure de la mondialisation, qui peut croire honnêtement que le coq gaulois pourrait encore, seul, notamment face aux dragons asiatiques, préserver son industrie, donc son emploi, tout en restant compétitif ? Hormis un bonimenteur, personne. Ce n'est qu'à l'échelle européenne que la France pourra préserver ses entreprises, voire relocaliser, et ainsi lutter contre le dumping. Ne nous y trompons pas : c'est aussi le modèle social européen qui est en jeu.

Affirmer, qu'au XXIe siècle, notre vieux pays pourrait encore s'en sortir seul est un mensonge. Ce n'est pas une insulte faite à la France éternelle que de le dire. Au contraire. Parce que c'est unis, d'abord économiquement comme l'avaient compris les Pères-fondateurs de l'Europe dans les années cinquante, puis politiquement, que les Etats membres préserveront leurs valeurs communes, ainsi que leurs identités propres, au sein d'une Union européenne renforcée. Après tout, l'identité bretonne s'est-elle totalement diluée dans la France. Les Bavarois ont-ils perdu la leur dans l'Allemagne réunifiée ? Bien sûr que non. Les centristes, d'ailleurs, ont toujours défendu plus de décentralisation et le respect des diversités culturelles et linguistiques régionales.

Dans leur programme, les candidats UDI-MODEM Les Européens rappellent encore qu'il importe, à l'heure de la standardisation, que les Etats européens, notamment la France, préservent leur système de soutien à la création. Notamment pour le cinéma. Surtout, les futurs élus centristes s'engagent à veiller à la stricte application du principe de subsidiarité, qui garantit au citoyen que la décision la plus proche des gens est toujours la plus appropriée, pourvu qu'elle soit efficace. Bref, comme ils le réaffirment encore dans leur clip officiel, qui sera diffusé à partir d'aujourd'hui sur les chaines publiques, "la France est notre patrie, l'Europe notre frontière, le monde notre horizon".

 Rodolphe Geisler

Partager sur  Facebook  -  Twitter

Inscription newsletter