La campagne sur le terrainFlux RSS

Portraits de candidat: Patricia Lalonde, chercheuse à l'IPSE

Portraits de candidat: Patricia Lalonde, chercheuse à l'IPSEÎle-de-France

Découvrez aujourd'hui le portrait de Patricia Lalonde, chercheuse à l'institut de Prospective et de Sécurité en Europe (IPSE) et responsable de MEWA, une ONG engagée dans la défense des droits des femmes. Pour la chercheuse, qui nous dit "avoir toujours été européenne", la France ne pourra pas, sans l'Europe, faire face aux défis de demain.

3 mai 2014|21:00

Patricia Lalonde (@patricialalond2)

"Il faut envoyer au Parlement européen des gens convaincus par l'Europe"

Pourriez-vous décrire votre parcours?

J'ai d'abord pendant longtemps travaillé dans le journalisme. D'abord dans le lancement du journal Actuel, puis à Libération. J'ai ensuite travaillé au Parlement européen, avant de me lancer dans la défense des droits des femmes. J'ai notamment travaillé avec des femmes afghanes. Je suis aujourd'hui responsable d'une ONG que j'ai créée : MEWA - ce qui veut dire fruit en farsi. En Afghanistan, quand le nouveau Parlement a été élu en 2005, il y avait 25% de femmes élues, et notre organisation avait pour vocation de les aider. La plupart venaient de régions reculées et ne savaient pas comment fonctionnait un Parlement. Nous avons donc organisé des sessions de training, nous en avons formées une vingtaine à Paris et une vingtaine à Istanbul, en partenariat avec une ONG américaine. J'ai également travaillé dans les pays post-révolutions arabes, par exemple en Tunisie, en Egypte et en Libye. Les droits fondamentaux des femmes me tiennent très à coeur. Ca ne veut pas dire que j'abandonne la lutte pour les femmes en Europe! Surtout qu'il semble y avoir un petit recul en ce moment. J'aimerais pouvoir créer au Parlement européen un observatoire des droits fondamentaux des femmes dans le monde. Il y a déjà un observatoire des droits des femmes, mais pas de leurs droits fondamentaux. Je suis par ailleurs chercheuse à l'institut de Prospective et de Sécurité en Europe (IPSE)

Qu'est ce qui vous a donné envie de vous engager pour l'Europe?

Je suis engagée pour l'Europe depuis toute petite. J'ai toujours été européenne. Même quand j'avais huit, neuf ans, je me disais que ce n'était pas possible, tous ces pays voisins et si proches, qui pourtant s'étaient fait la guerre. Aujourd'hui, une guerre entre l'Allemagne et la France nous paraît impensable! Par ailleurs, l'Europe est la seule chose qui peut nous permettre de faire face aux défis qui nous attendent, de maintenir la paix dans le monde et d'être forts sur la scène internationale.

Qu'est-ce qu'il faudrait améliorer en Europe?

D'abord, je pense qu'il faut envoyer au Parlement européen des gens convaincus par l'Europe. C'est très important. Le problème, c'est que les partis politiques envoient au Parlement européen le plus souvent des hommes ou des femmes politiques qui n'ont pas réussi à se faire élire ailleurs pour les récompenser ou les consoler. Il faut des députés convaincus de l'importance d'une Europe forte. Au niveau des traités, il y aura peut-être des choses à améliorer. Et au niveau du Parlement européen, il manque une visibilité sur les travaux effectués par les députés. On ne sait pas par exemple, qui est dans quelle commission. Mais ce n'est pas une raison pour baisser les bras. Il faut voir le verre à moitié plein. De très bonnes choses ont été mises en place, notamment en matière environnementale, de lutte pour les droits de l'Homme ou pour l'égalité homme/femme. Mais il faudrait aller plus loin.

Qu'auriez-vous envie de dire aux europhobes?

Qu'ils jouent avec le feu car les défis qui nous attendent sont énormes. Nous devons nous serrer les coudes au sein d'une Europe forte.

 Questionnaire de Proust (revisité)

Quel est votre principal trait de caractère? La ténacité.

Quel est votre passe-temps favori? En ce moment, c'est la géopolitique et les relations internationales.

Quel est votre auteur préféré? J'aime beaucoup les livres d'Anna Gavalda. Concernant la littérature étrangère, ceux de Gabriel Garcia Márquez.

Quel est votre personnage de fiction préféré? Tintin!

Quel est le personnage historique que vous admirez le plus? Churchill.

Qu'est-ce que vous détestez par-dessus tout? La lâcheté.

Quelle est la réforme que vous admirez le plus? Le droit de vote des femmes.

Quelle est, pour vous, la valeur principale de l'Europe? La paix.

Quelle est votre devise? Ne pas passer une journée sans faire des choses utiles.

Découvrez demain le portrait de Marielle de Sarnez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager sur  Facebook  -  Twitter

Inscription newsletter